www.magie-voyance.com Index du Forum
www.magie-voyance.com
Le forum de la voyance gratuite et de l'ésoterisme
 
 FAQ   Rechercher   Liste des Membres   Groupes d'utilisateurs   S'enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion Accueil du Site

nouveau forum



LES VOIX DE JEANNE D'ARC (suite -et fin-)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.magie-voyance.com Index du Forum -> Prophètes et Prophéties
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
stema
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 09 Mar 2007
Messages: 1223
Localisation: france

MessagePosté le: Jeu Avr 26, 2007 16:33    Sujet du message: LES VOIX DE JEANNE D'ARC (suite -et fin-) Répondre en citant

Du procès au bûcher
Henri VI remit le sort de Jeanne d'Arc entre les mains de la juridiction ecclésiastique comme il le dit si bien dans sa lettre « nous avons aussitôt ladite femme au jugement de la sainte mère l'Église. » Le grand rôle de l'Église lors du procès de Jeanne d'Arc ne fut pas sans raison. Étant donné « qu'on la réputait avoir commis des crimes graves et scandaleux aux préjudices de la foi orthodoxe et de la religion chrétienne », écrivit Henri VI, l'Église devait nécessairement s'imposer. De plus, il précise que « l'évêque du diocèse où elle fut prise » fera partie des juges.
Jeanne sur le bûcher

Dès le 9 janvier 1431, l'évêque du diocèse de Beauvais, Pierre Cauchon, entreprit la constitution du tribunal de Jeanne d'Arc. Il prit la peine de s'entourer d'amis et de faire en sorte que tout le tribunal soit plutôt défavorable à l'endroit de l'accusée. Comme Henri VI le mentionne dans sa lettre, Cauchon s'adjoignit le vicaire de l'inquisiteur de la perversité hérétique de France à Rouen, le dominicain Jean le Maître. L'évêque de Beauvais et ce dominicain furent ses deux seuls juges. Il y eut aussi plusieurs conseillers et assesseurs, comme par exemple Gilles de Duremort, abbé de Fécamp, conseiller du petit roi anglais, Nicolas Le Roux, abbé de Jumièges, Pierre Miget, prieur de Longueville-Giffard, pour ne nommer que ceux-ci. Henri VI pris la peine, lors de la rédaction de sa lettre, de bien préciser les multiples personnes qui prirent part à la condamnation de Jeanne d'Arc. Toutes les cartes du jeu se retrouvait contre la Pucelle. Les dés étaient jetés; il ne restait plus qu'à suivre le plan déjà tant préparé par Pierre Cauchon et ses amis. Jeanne était désormais prévenue de ses délits contre la foi.

Pierre Cauchon et ses acolytes n'avaient pas de chef d'accusation à porter contre Jeanne, mais il fallait l'inculper à tout prix. « Ce que ces habiles gens, point gênés par leur conscience, pourront faire sortir d'un mot, d'un geste, d'un silence, est incalculable. » Le premier interrogatoire de Jeanne se divisa en six séances. Il y eut une suspension d'une semaine où Jean Cauchon tint conseil durant six jours dans sa propre maison. Il y eut un deuxième interrogatoire suivi à son tour d'une étude des conclusions toujours dans la maison de l'évêque de Beauvais. Tout ceci se déroula entre le 21 février et le 25 mars 1431.

Durant ce temps, Jeanne fut enfermée dans un château de Rouen (Bouvreuil) vers le 9 janvier 1431. Ses ennemis avaient tellement peur qu'elle ne s'évade qu'ils firent bâtir une solide cage et l'y enfermèrent, liée à la fois par les mains, le col et les pieds. Par chance, cette horrible condition fut de courte durée puisque vers le 21 février, le tribunal la remit à trois hommes dignes de confiance : Jean Gris, Jean Berwoit et Guillaume Talbot. Ils devaient s'assurer qu'elle soit fidèlementgardée prisonnière et que personne ne puisse s'entretenir avec elle ; ils jurèrent tous les trois sur la Bible. En plus des trois nobles comme gardiens, Jeanne eut cinq soldats qui durent la surveiller jour et nuit.

Lorsqu'on lui demanda pourquoi elle n'avait eu de vision de ces évènements, elle répondit qu'elle avait été prévenue. Les voix lui auraient dit qu'elle allait se faire prendre avant le solstice d'été, mais elles avaient refusées de donner le jour exact.

Du 18 mars au 25 mars, les juges de la Pucelle établirent les conclusions des interrogatoires. Le 18 mars, Pierre Cauchon convoqua pour une seconde fois ses assesseurs (une douzaine cette fois). L'évêque-juge leur lut ses propositions. Le problème était que l'interrogatoire venait de se terminer 24 heures plus tôt. Comment avait-il pu retirer en si peu de temps des propositions? Toutefois, les assesseurs de Jeanne devaient se retrouver le samedi 24 mars pour lui lire leurs dépositions. Celle-ci ne fit aucun commentaire mis à part l'oubli de mention du nom de sa propre mère. Le lendemain, le 25 mars, on offrit à Jeanne de délaisser ses vêtements d'homme afin d'assister à la messe de Pâques. Cette permission était un énorme piège, et Jeanne l'évita. « La mettre dans l'impossibilité de quitter l'habit d'homme et lui faire un crime capital de le garder, n'était-ce pas le comble de l'habileté ? ».

C'est par son refus de quitter l'habit d'homme (puisqu'elle craignait le viol plus que tout) et de ne pas assister à la messe de Pâques que ses ennemis eurent des éléments supplémentaires pour l'inculper. Du 26 au 28 mars, D'Estivet, un de ses assesseurs, écrivit les 70 articles qui lui reprochaient le port de vêtements d'homme, sa tentative de suicide, ses visions (que seule la sorcellerie pouvait être responsable), son refus de soumission à l'Église militante et plusieurs griefs mineurs. C'est avec ces articles que docteurs et maîtres de l'université de Paris, comme l'écrit Henri VI, que le 14 mai 1431, les fameux 12 articles furent déposés. « Ces subtilités, ce pédantisme qui va jusqu'à nommer les trois diables qui jouèrent saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite, cette haine ici pateline, là violente, épanchée en un flot de latin douteux, ce déchaînement de meute grondante et mordante contre une petite fille, une petite paysanne, simple, héroïque, couronnée de victoires évidemment divines, toute pure et toute pieuse ; ce volcan en éruption pour tuer une colombe ne peuvent faire rire; ils feraient bien plutôt pleurer sur les folies où la passion sait entraîner la misérable humanité. C'est ici le lieu d'appliquer plus spécialement le verdict qu'Ysambart de la Pierre rendait sur tout le procès : il y eut qui rendirent leur sentence par espoir de quelques faveurs ; d'autres par haine et par esprit de vengeance ; d'autres parce qu'ils avaient été payés ; quelques uns par peur. » Voici ce qui résume très bien l'énorme complot érigé contre Jeanne d'Arc.

Le 24 mai, au cimetière de St-Ouen, Jeanne d'Arc abjura devant public. Comme Henri VI l'écrit dans sa lettre, elle « reconnut ouvertement et confessa pleinement .» Pourtant, lorsqu'elle signa par une croix le papier où elle abjure ses fautes, elle souriait, préférant la prison de l'Église à ses geôliers anglais. Elle avait dû choisir entre reprendre l'habit de femme, signer le papier et monter sur le bûcher. Elle fut tellement déçue et trahie lorsqu'on la ramena à son ancienne prison. Maintenant habillée en femme, elle était à la merci des Anglais. On la battit, l'insulta, la viola. Craignant à nouveau de se faire violenter, elle reprit l'habit d'homme le 27 mai ; c'est qu'elle acquisça à ce que ses ennemis voulaient. Elle venait enfin de tomber dans leur piège. Comme le précise Henri VI, en plus d'être « supersitieuse, devineresse, idolâtre, invocatrice de démons, blasphématrice envers Dieu, les saints et les saintes, schismatique et fort errante en la foi de Jésus-Christ », elle fut déclarée hérétique et relapse. Il n'y avait plus d'espoir pour Jeanne. Elle fut condamnée au bûcher le 30 mai 1431, sur la place du Vieux Marché de Rouen.

Telle était sa foi en Dieu, telle était sa majesté d'âme. Voici les dernières paroles de Jeanne d'Arc : « Jésus! Jésus! Jésus! Je ne suis ni hérétique, ni une schismatique. Oh saints du paradis! Saint Michel! Sainte Catherine! Sainte Marguerite! Mes Voix furent de Dieu. Tout ce que j'ai fait fut de l'ordre de Dieu. Mes révélations étaient de Dieu. Jésus!… » Jeanne d'Arc, dit la Pucelle, venait de mourir.

Une « sainte » jeune fille venait d'être sacrifiée car elle était devenue un danger politique ; on la craignait parce qu'elle avait combattu contre des hommes et on était jaloux de ses succès. Son corps avait été brûlé mais, semble-t-il, son cœur demeura rouge, couleur du sang. Le bourreau prit peur et jeta ses restes dans la Seine.


De l'hérésie à la canonisation

Après la mort de Jeanne, trois enquêtes se sont échelonnées sur une période de 25 ans, ayant pour but d'étudier la façon dont s'est déroulé procès.

La première enquête eut lieu le 15 février 1450 ; elle fut instituée à la demande de Charles VII, mais l'enquête n'eut pas de suite. Pour plaire à la cour française, une seconde enquête similaire fut ouverte par le cardinal d'Estouteville en 1452 ; elle connut le même sort que la précédente. Puis en 1455, la mère de Jeanne demanda l'ouverture de la troisième enquête qui fut gérée par l'autorité inquisitoriale et transformée en un nouveau procès.

Le nouvel inquisiteur de France, Jean Brehal, fut en faveur de Jeanne et rendit un verdict qui allait dans le même sens que ses convictions. Ainsi, dans la grande salle du palais de l'archevêque Jean Juvénal des Ursins, le 7 juillet 1456 à Reims, les commissaires pontificaux « […] déclarèrent le procès de condamnation de Jeanne et la sentence entachés de vol, de calomnie, d'iniquité, de contradiction, d'erreur manifeste en fait et en droit y compris l'abjuration, les exécutions et toutes leurs conséquences et, par suite, nuls, invalide, sans valeur et sans autorité. » Ce verdict fut annoncé dans les principales villes du royaume et il visait à rétablir la réputation de Jeanne.
Jeanne sur le boucher

Jusqu'à la fin du XVe siècle, à la cour et dans la haute hiérarchie ecclésiastique, on passa l'épisode « Jeanne d'Arc » sous silence ; on attribua « […] à Dieu seul et à son intérêt pour la monarchie française les événements provoqués par l'action de Jeanne. » Vers 1436, il y eut l'épisode de la fausse Jeanne qui avait été reconnue par les vrais frères de Jeanne, mais elle fut démasquée vers 1440 par le Parlement de Paris ; son nom était Jeanne du Lis. Enfin, quatre ans après la mort de la vrai Jeanne, une pièce de théâtre du nom de « Mistère du siège d'Orléans » fut jouée dans cette même ville en son honneur.

Au XVIe siècle, le courant humaniste ignora Jeanne ; on la considérait alors comme la création d'un groupe politique avisé et cynique. Aussi, à cette époque, elle fut considérée parmi les femmes les plus vertueuses. Enfin, dans le contexte des guerres religieuses, Jeanne fut perçue comme la patronne des catholiques extrémistes.

Le XVIIe siècle fut également une époque négative pour Jeanne d'Arc. Les idéologies classiques n'appréciaient guère le caractère « gothique » de la Pucelle et les libertins la voyaient comme une subtilité politique.

Le XVIIIe siècle, le siècle des Lumières, a toutefois une opinion dichotomique sur Jeanne. D'abord, Voltaire chercha à la ridiculiser dans l'épopée héroï-comique La Pucelle (1738) et Beaumarchais fut de même dans ses Lettres sérieuses et badines (1740). L'Encyclopédie, quant à elle, ne « voyait qu'en Jeanne une malheureuse idiote manœuvrée par des fripons », alors que Montesquieu la considérait comme une pieuse fourberie. La littérature catholique propose toutefois une toute autre conception de Jeanne. Quoiqu'elle puisse avoir un parti pris, cette dernière louangeait la Pucelle, contrairement à ses semblables du XVe siècle. Aussi, par les auteurs Robert Southey et Schiller, Jeanne était devenue une héroïne romantique. Enfin, le mythe de Jeanne devenait de plus en plus populaire avec la montée du patriotisme moderne.

Au XIXe siècle, après la guerre de 1870, Jeanne fut surnommée la « bonne Lorraine » parce qu'elle était également originaire de cet endroit. Elle incarnait désormais l'espérance et la revanche des Français.

Finalement, au début du XXe siècle, Jeanne était pratiquement un culte pour les monarchistes, les républicains, les catholiques et les laïcs. C'est grâce aux passions nationalistes qui ont précédées la Première Guerre mondiale que Jeanne a été béatifiée en 1909. Enfin, l'honneur ultime lui est octroyé en 1920 ; elle est canonisée par le pape Benoit XV, puis déclarée patronne de la France.

Conclusion


En résumé, l'arrivée de Jeanne d'Arc a grandement influencé le déroulement de la guerre de Cent Ans, particulièrement vers sa fin. En effet, Jeanne a permis au roi Charles VII de retrouver sa couronne et, grâce à elle, les Anglais se virent infliger plusieurs défaites. Elle a toujours cru en sa mission divine ; elle ne l'a jamais reniée, même au moment de sa condamnation. Le contexte dans lequel elle dut manœuvrer ne jouait pas en sa faveur ; il était « réticent par distance sociale et culturelle (du côté français) et hostile à cause des formes militaires et politiques de son action (du côté anglais) ». Ainsi, comme l'a rapporté Henri VI dans sa lettre, Jeanne fut condamnée au bûcher car on la croyait dangereuse pour la population. Pourquoi le roi Charles VII n'est-il pas intervenu pour sauver Jeanne alors qu'elle avait tant fait pour lui ? Voilà une question à laquelle les historiens ne peuvent pas encore répondre.

Droits d'auteurs réservés à Catherine Sigouin et Mélanie Théroux

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
LUCIE
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 494
Localisation: BORDEAUX

MessagePosté le: Jeu Avr 26, 2007 23:26    Sujet du message: JEANNE D'ARC Répondre en citant

Vous aviez compris, je pense, STEMA est une grande admiratrice de JEANNE D'ARC.
J'espère que vous avez tout lu jusqu'au bout, car STEMA nous fait une interro écrite demain à la 1° heure !!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
rocher du capricorne
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 4157

MessagePosté le: Sam Avr 28, 2007 4:44    Sujet du message: Répondre en citant

J'avouerai que je n'ai pas lu, because, la "police" est trop grande, ...,
Stema, une question, pourquoi Jeanne D'Arc, et pourquoi ce copier/coller ???

Parle moi plutôt de ce qui t'a interessé chez elle...cette adminiration...
_________________
Lumière Divine D'Amour de la Pré-Existence
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stema
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 09 Mar 2007
Messages: 1223
Localisation: france

MessagePosté le: Sam Mai 05, 2007 11:19    Sujet du message: Répondre en citant

car je trouve sa interressant oui je sais je vais ecrire normal avec moon sa fait deux .
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
LUCIE
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 494
Localisation: BORDEAUX

MessagePosté le: Sam Mai 05, 2007 11:37    Sujet du message: police Répondre en citant

cela dépend, avec l'âge.....Moi j'apprécie cette taille....Cela me fatigue moins....
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
stema
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 09 Mar 2007
Messages: 1223
Localisation: france

MessagePosté le: Sam Mai 05, 2007 11:53    Sujet du message: Répondre en citant

oui moi aussi alalalalal ils vont dire que lon fait parties des vieux d 'la vielle hahahahahhahahhahahahahahahje ris toute seule la a mais vraiment ce forum me fait du bien .
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.magie-voyance.com Index du Forum -> Prophètes et Prophéties Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum





Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template Ophélie created by Kewee modifié par titi | visitez la boutique lithotherapie de notre partenaire !
© www.magie-voyance.com Réalisation : www.visuel-studio.com Partenaire de www.ma-voyance-complete.com