www.magie-voyance.com Index du Forum
www.magie-voyance.com
Le forum de la voyance gratuite et de l'ésoterisme
 
 FAQ   Rechercher   Liste des Membres   Groupes d'utilisateurs   S'enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion Accueil du Site

nouveau forum



LES VOIX DE JEANNE D'ARC (suite -4-)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.magie-voyance.com Index du Forum -> Prophètes et Prophéties
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
stema
Séraphin
Séraphin


Inscrit le: 09 Mar 2007
Messages: 1223
Localisation: france

MessagePosté le: Jeu Avr 26, 2007 16:29    Sujet du message: LES VOIX DE JEANNE D'ARC (suite -4-) Répondre en citant


De sa capture à son arrestation

Cette capture ne surprenait pas Jeanne ; ses « Voix » l'avaient prévenue. Mais sa capture à Compiègne en réjouissait plus d'un, entre autres le duc de Bourgogne qui s'empressa d'annoncer le grand événement aux habitants de St-Quentin, et le roi Henri VI. Mais ce fut également « […] un immense et implacable hourrah chez les Bourguignons et les Anglais. Le soldat qui avait capturé Jeanne fut joyeux que s'il eût pris un roy. Les Anglais firent de grands cris et resbondissements, car ils ne redoutaient aucun chief de guerre comme ycelle Pucelle. » Pour sa part, le roi d'Angleterre exprima son soulagement à l'empereur lorsque, plus tard, Jeanne lui fut remise en disant qu'enfin « la divine clémence (…) a mis cette femelle en nos mains et notre puissance. » D'autre part, il semblerait que Jeanne fut capturée par la faute de deux hommes, Flavy et l'archevêque de Reims, Régnault de Chartres. Jeanne d'Arc ne craignait qu'une chose dans toute son entreprise, c'était la trahison, et voilà qu'elle était captive par la faute de ses « faux frères d'armes. »

En ce qui concerne Régnault de Chartres, sa haine envers Jeanne pourrait être justifiée par le fait qu'il ne tenta en aucun temps de négocier avec Jean de Luxembourg, le chef bourguignon qui détenait Jeanne. Au lieu d'aider à la libération de la Pucelle, il aurait écrit une lettre aux Rémois pour leur faire part des causes de la capture de Jeanne. Il mentionna également que « […] la prise de la Pucelle (…) ne changeait rien : déjà un jeune berger du Gévaudan venait de se manifester qui en ferait autant qu'elle. » En résumé, cela signifiait qu'on ne pouvait rien pour la capture de Jeanne, mais qu'il ne fallait pas s'inquiéter ; elle avait déjà un remplaçant. En réalité, le jeune berger du diocèse de Mende était « […] un fol et innocent berger [que] les Anglais saisirent, enfermèrent dans un sac et (…) jetèrent au fond de l'eau. » Telle était la contribution de l'évêque de Reims.

Mais quelles étaient vraiment les avenues possibles pour Jeanne, une fois prisonnière du duc de Bourgogne? Hormis les évasions qu'elle tenta, Jeanne pouvait demeurer indéfiniment prisonnière du duc de Bourgogne, être vendue à Bedford suite à une série de négociations, ou rendue à la France par traité ou rançon. Il est évident que tout le monde s'attendait à ce que Charles VII libéra celle qui lui avait rendu son trône ; pourtant aucune trace de documents prouvant une action quelconque de Charles VII pour la sauver n'a été trouvée.

Délaissée par ses alliés, Jeanne, prisonnière de Jean de Luxembourg, fut d'abord captive au château de Clairvoix, puis au château de Beaulieu en Vermandois, d'où elle échoua une évasion. Elle fut ensuite transférée à Beauvoir où elle tenta à nouveau de s'évader en sautant d'une tour et, cette fois, on interpréta ce geste comme une tentative de suicide. Vers la fin du mois d'octobre 1430, Jeanne d'Arc changea à nouveau de lieu de détention ; elle se trouva désormais au château d'Arras, dans le duché de Bourgogne.

Mais avant de poursuivre, il serait intéressant de connaître les tractations auxquelles se livraient les parties impliquées alors qu'on s'amusait à tranférer Jeanne d'un château à l'autre.

Dès que le doyen de la Faculté de Droit de l'université de Paris, Éverard, appris que Jeanne était prisonnière de Jean de Luxembourg, il s'empressa de convaincre le vice-inquisiteur de France qu'il fallait lui intenter un procès. En fait, Éverard demanda à Martin Billori, le vice-inquisiteur, d'écrire une lettre au duc de Bourgogne pour que Jeanne soit remise aux Anglais, puis aux autorités ecclésiastiques. Billori écrivit donc une lettre au duc de Bourgogne pour que ce dernier convainque Jean de Luxembourg de livrer Jeanne au roi Henri VI. Mais de Luxembourg y voyait un obstacle ; Billori n'offrait pas de rançon pour Jeanne. Vers la même période, l'évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, réclamait parallèlement au duc de Bourgogne l'ouverture d'un procès inquisitorial pour Jeanne. Vint le mois de juin et Pierre Cauchon n'avait toujours pas de réponses de la part du duc de Bourgogne. Il discuta alors de rançon avec Bedford et rencontra personnellement le duc de Bourgogne pour le convaincre que « la femme dicte la Pucelle est recherchée pour ses idolâtries et autres matières touchant nostre saincte foy, ses scandales à réparer, les dommages innumérables qui ont suivi. » De plus, il fallait remettre Jeanne à Henri VI parce que « c'est [le] roi d'Angleterre qui la délivrera à l'Église, suivant le besoin. Elle appartiendra au roy d'Angleterre qui se prêtera de tout son pouvoir à ce qu'elle soit jugée en matière de foi.» Bedford offrit donc à Jean de Luxembourg une rançon équivalente à celle donnée pour un roi : dix mille livres tournois. La remise de cette rançon eut lieu le 24 octobre 1430 et Jeanne fut emmenée au château de Crotoy, en terrain anglais.

Entre temps, l'évêque de Beauvais avait été « choisi » pour présider le procès de Jeanne en tant qu'inquisiteur. Mais un problème se pointait à l'horizon pour Pierre Cauchon ; il n' avait pas juridiction à Rouen. Pour y remédier, il s'adressa au chapitre pour l'obtenir ; cela se fit en peu de temps.

La remise de Jeanne aux autorités ecclésiastiques constituait la dernière étape avant le début de son procès. Le roi Henri VI remplit donc son engagement, et il le confirma dans une lettre destinée à Pierre Cauchon : « Henri, par la grâce de Dieu, roy de France et d'Angleterre octroie que toutes et quantes fois que bon semblerait au Révérend Père en Dieu, Évêque de Beauvais, icelle Jeanne lui fût baillée et délivrée réellement et de fait par ses gens et officiers qui l'ont en leur garde, pour icelle interroger et examiner et faire son procès, selon Dieu, la raison, les droits divins et les saints canons. » Vers la mi-décembre, Jeanne fut finalement transférée au château du Bouvreuil, à Rouen où les gens attendaient « […] une femme qui se fait appeler Jeanne la Pucelle, laissant l'abbit et vesture de sexe féminin, s'est contre la loy divine, comme chose abominable à Dieu, réprouvée et défendue de toute loy, vestue, habillée et armée en estat d'habit d'homme. »

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.magie-voyance.com Index du Forum -> Prophètes et Prophéties Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum





Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template Ophélie created by Kewee modifié par titi | visitez la boutique lithotherapie de notre partenaire !
© www.magie-voyance.com Réalisation : www.visuel-studio.com Partenaire de www.ma-voyance-complete.com